Laura Dave:  ‘‘Mon challenge est de promouvoir la culture Africaine dans toute sa diversité au plus haut’’

????????????????????????????????????

Laura Dave: ‘‘Mon challenge est de promouvoir la culture Africaine dans toute sa diversité au plus haut’’

Pour ce premier numéro de Ma Copine, nous avons voulu inauguré cette rubrique ‘‘La Copine du mois’’ par une des stars du monde de la communication qui porte haut l’étendard de notre pays le Cameroun sur la scène de la communication africaine Laura Dave, journaliste et animatrice sur la chaîne panafricaine Vox Africa, où elle anime l’émission AFROBUZZ DOUALA. Elle a accepté de nous parler d’elle, partant de sa vie de famille en passant par sa vie professionnelle et sa vie sentimentale et ceci sans tabou. Voici donc exclusivité pour vous Laura Dave comme jamais vous ne l’avez connu.


Bonjour Laura ! Avez-vous souvenance de votre premier passage sur un média ? Parlez nous de vos débuts dans le métier de communicatrice.

Moi je suis de ceux qui ont été formé dans le tas comme on dit au Cameroun, je n’ai pas fait une quelconque grande d’école que ce soit. J’ai plutôt écumée les cabarets, les discothèques pour me familiariser avec un micro. Mais en ce qui concerne l’aventure médiatique, Tout a démarré durant les vacances 2001 où j’ai intégrée une équipe de jeune communicateur en herbe pour assurer l’émission des vacanciers de la Radio Télévision SIANTOU dénommée RTS VACANCES on a passé trois fabuleux mois avec les auditeurs et je suis sortie parmi les trois majors de cette promotion, chose qui m’a permise d’intégrer le personnel de cette radio où j’assurais la tranche du vendredi soir 24h-02h avec l’émission LA SAGA DES MAJORS aux cotés de Francis La Plage et Achille Assako alias DJ Ramsès aux platines.

Pour ceux qui vous découvrent, Pouvez vous nous raconter votre parcours jusqu’à votre arrivée à VOX AFRICA ?

Après mon aventure a la RTS, je me retrouve a Radio Environnement en 2005 puis sur SKY Radio pour enfin me déplacer sur Douala en 2006 retrouver Cyrille BOJIKO a la CRTV fm105 avec qui j’avais déjà auparavant présenteé son émission télé CHAMPION à Yaoundé. Ensemble nous assurions son émission DESTINATION PRESTIGE a la radio avant d’être appeler par NOSTALGIE. Pendant mon passage là bas, en 2008, je rencontre Tchop Tchop qui me parle de son projet d’émission télé JAMBO sur lequel nous travaillons et du coup je concilie la radio et la télé au même moment jusqu’en 2012 où j’intègre la grande équipe de Vox Africa.


Est-ce que la pratique du métier a toujours été un long fleuve tranquille pour vous? Quelles ont été les difficultés?

Ah non je suis très loin d’avoir traversé un fleuve tranquille car entre médisance, jalousie, coup bas, frustration, pression et bien d’autres, j’ai eu un peu de tout mais je crois que c’est tout ça qui m’a forgé l’esprit et permit d’avancer en plus de l’amour des miens et ma passion pour ce métier.

Peut-on dire que Laura Dave est une animatrice comblée?

C’est un peu trop dire ; FIER, oui.

Décrivez-nous un peu votre quotidien à VOX AFRICA

Après avoir eu à tourner des reportages concernant le divertissement et la culture en général puisque c’est la ligne éditoriale pour AFROBUZZ DOUALA, mon équipe et moi procédont aux tournages des relances de l’émission le mardi (introduction, relance des reportages et conclusion) Mercredi le monteur effectue son boulot comme il se doit sur ma supervision, jeudi on fait un dernier visionnage avant l’envoi a Londres pour la diffusion vendredi 19H15. Entre temps en semaine, je répertorie et programme les événements à couvrir, les interviews à réaliser et autres.

Laura est connue pour être une «Fashion girl» faisant références à vos tenues et vos coiffures, qui les confectionnent ?

En ce qui concerne mes tenues, je me réfère à ma mère qui est styliste couturière et de temps à autre à d’autres stylistes. Pour la coiffure, et bien Sisco coiffure s’en charge depuis pas mal d’année maintenant.


Laura est-elle mariée ? Des enfants ?

Je ne suis pas mariée mais pas non plus un cœur à prendre. Oui j’ai un fils

Les gens ont tendance à penser que les filles qui font votre métier n’ont généralement pas de vie familiale stable. Est-ce vrai ?

Oui généralement on le pense mais dans la réalité, ce n’est pas toujours le cas car il faut savoir dissocier vie familiale et vie publique.

 

Lors de vos émissions, on constate dans le cadre de votre boulot que vous êtes appelée à voyager tout le temps et à prendre part à des événements du show bizz africain. Est-ce que tous ces déplacements ne perturbent pas votre vie privée et comment vous gérez avec votre fils?

Tout est dans l’organisation et la compréhension des miens puisqu’ils savent que c’est mon boulot. Prévenir à l’avance lors de mes déplacements question de faire un planning est primordial. Lorsque c’est délicat maman est toujours présente pour mon fils.

Quels sont vos challenges et Quelle est la prochaine étape après VOX AFRICA ?

Mon challenge est de promouvoir la culture Africaine dans toute sa diversité au plus haut. Pour l’instant je veux vivre l’aventure VOXAFRICA car c’est un challenge. C’est la première chaîne panafricaine indépendante et je fais parti des effectifs depuis un an. Elle est de plus en plus adopter par la population. Pour moi c’est une plate forme idéale pour réaliser mon challenge cité plus haut bien ayant une structure personnelle (LD PROD) pour des productions indépendante.


Pour terminer, quel conseil donneriez-vous aux jeunes filles qui rêvent de suivre vos traces?

La première des choses que je leur dirais c’est d’être passionnées. Oui la passion car ça ne s’apprend pas, ça ne se commande pas on l’a en nous ou pas. Ensuite il faut être patient car généralement c’est un métier où les fruits ne tombent véritablement qu’après 10 ou 15 ans de carrière donc il faut y croire a mort, bien que ce soit un métier éphémère. Il faut savoir que dans ce métier, seul le talent ne suffit pas, il faut travailler dur, se remettre en question tout le temps car c’est un métier exigent, il faut montrer qu’on a envie de faire, d’y arriver surtout être soit même LE NATUREL. Certes ce n’est pas évident d’être devant un micro ou une camera mais il faut faire abstraction de tout ça. C’est ceux là qui dure.

Nous vous remercions d´avoir accordé cette interview à notre magazine et nous vous souhaitons une très grande carrière dans votre métier…



Interview réalisée par Ulrich S.

Digiqole ad